Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 07:49

rosencrantz-and-guildenstern-are-dead.jpgEn 1990, Tom Stoppard (dramaturge britannique, auteur de nombreux scénarios dont le brillantissime Shakespeare in Love)  a adapté au cinéma sa pièce de 1966, Rosencrantz and Guildenstern sont morts, avec Tim Roth et Gary Oldman dans les deux rôles-titres.

 

Il s'agit d'une adaptation d'Hamlet de Shakespeare, mais vu du point de vue des deux compagnons d'université d'Hamlet, Prince du Dannemark, que le roi charge de sonder la folie de leur camarade, et qui finiront exécutés à sa place, en Angleterre.

 

Si la pièce de Shakespeare s'achève en bain de sang, la plupart des morts sont expliquées, et peuvent satisfaire à une volonté moralisatrice. Pour autant, celle de Rosencrantz et Guildenstern est totalement absurde, péremptoire. Rosencrantz et Guildenstern, ou Guildenstern et Rosencrantz n'ont aucune personnalité, aucun relief, aucun passé, aucun avenir. Tout ce qu'on sait d'eux, c'est qu'ils sont morts.

 

rosencrantz-and-guildenstern-are-dead-sandwich.jpg

 

tom stoppardTom Stoppard s'empare de cette difformité de la pièce de Shakespeare pour réaliser son chef-d'oeuvre. Ces deux pauvres diables qui arrivent sur scène sans savoir comment et n'en ressortiront, quoi qu'ils fassent, que morts, sans qu'ils puissent se défendre (et sans autre forme de procès, dirait Kafka), c'est nous. C'est l'humanité. Nous tentons d'agir, de comprendre ce qui nous entoure, d'aimer, d'observer, mais finalement la seule certitude qui soit, c'est que nous sommes en vie, dans un univers que nous sommes impuissants à apréhender, et que nous allons mourir.

 

Ainsi Rosencrantz et Guildenstern herrent dans le palais d'Hamlet, où l'on voit successivement toute l'action se dérouler, par bribes, au gré des passages de la Cour et des Princes dans les différentes salles. De l'action, ils ne comprennent rien. Hamlet, quant à lui, s'agite de manière totalement accessoire. C'est un personnage secondaire de l'intrigue. Au même titre que Polonius, le roi, la reine, Laërte ou Ophélie.

 

 

Rosencrantz et Guildenstern, se sont aussi des spectateurs qui ne comprennent rien à la pièce qu'ils vont voir, et ne comprennent pas que le théâtre, s'il présente des personnages contingents, s'adresse à chacun. Une mort de théâtre, c'est la mort de chaque homme, c'est la nôtre.

 

De fait, la pièce joue de mises en abîmes où les personnages voient des pièces où l'on joue leur propre vie, et ne s'en rendent pas même compte.

 

rosencrantz-and-guildenstern-are-dead-decouverte.jpg

 

HIlarant et désespéré, le destin de Rosencrantz et Guildenstern, contrairement à leur ébauche shakespearienne, ne peut pas laisser indifférent. A l'image de cette scène d'ouverture où après des centaines d'essais à jouer à pile ou face, la pièce tombe toujours du même côté, après des centaines de représentations, leur destin sera, à chaque fois, le même, et ils le vivront, à chaque fois, avec le même étonnement. Comme l'humanité.

 

Tel ce roi mourant de Ionesco, à qui, soir après soir, on dit : "Tu vas mourir à la fin du spectacle".

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Thomas Grascoeur - dans Théâtre
commenter cet article

commentaires

Bruce Kraft 06/06/2010 11:48


ça a l'air vraiment délirant ce film. Je ne connaissais pas du tout même si je suis un fan de Gary Oldman!!


Thomas Grascoeur 07/06/2010 14:22



Il vaut le coup d'être vu !



gaby23cinema 03/06/2010 20:49


A te lire j'ai sans cesse pensé à Beckett et "En attendant Godot" ainsi que "Six personnages en quète d'auteur" de Luigi Pirandekllo, univers noir, pessimiste mais peut-être me suis-je trompée ...
@+ Gaby


Thomas Grascoeur 04/06/2010 09:01



Non, tout à fait, c'est un théâtre de la même "famille", mais Stoppard n'est pas dénoué d'humour, au contraire ! Comme dit Camus : "et Sisyphe est heureux"



Louisa 03/06/2010 19:18


J'ai aussi beaucoup apprécié ce film que l'on trouve actuellement en DVD, mais sans sous-titrage semble-t-il, ce qui limite peut-être sa diffusion en France!
Il présente une parenté avec Becket (En attendant Godot) comme tu le soulignes dans le titre de ton article, mais en moins "intello" à mon avis et malgré la réflexion de fond à laquelle il conduit
le spectateur, c'est un film qui contient beaucoup d'éléments comiques très accessibles. Pourrait-on cependant se sentir concerné par l'histoire sans avoir lu ou vu Hamlet, that is the question!


Thomas Grascoeur 03/06/2010 19:25



All in a nutshell : To be or not to be Rosencrantz and Guildenstern...



Le Blog

  • : En Salles
  • En Salles
  • : Cinéma, Théâtre, de petites critiques incisives pour (re)découvrir les pièces ou les films ! Actualité, classiques, reprises, tous en salles !
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Thomas Grascoeur
  • Passionné de cinéma et de théâtre, acteur et spectateur.
Retrouvez toutes mes actualités sur http://thomasgrascoeur.net
  • Passionné de cinéma et de théâtre, acteur et spectateur. Retrouvez toutes mes actualités sur http://thomasgrascoeur.net

Mercredi prochain...

Retrouver Un Article