Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 11:12

affiche-melancholia.jpgLars Von Trier a découvert Tarkovski, c'est sûr. Sa planète Mélancholia n'est pas si éloignée de Solaris dans son pouvoir absorbant.

On retrouve les cendres, Brueghel, les chevaux et la solitude de Nostalghia.

Mais le vague à l'âme permanent de la protagoniste n'évoque pas la nostalgie d'un paradis perdu, mais plutôt son absence, insupportable. Le sentiment de la certitude  absolue de l'absence de tout sens. La dépression, quoi.

 

Ce qui frappe aussi, c'est finalement le constat d'impossibilité de compassion (désintéressée) entre les hommes. Même le personnage de Charlotte Gainsbourg, au départ touchant, finit par devenir insupportable de pleurs. Il faut dire que Lars von Trier se livre à une sorte de pornographie de l'angoisse dont on voit bien qu'elle ne le mènera nulle part, et qui, conduit effectivement au néant, mais au sens propre.

 

L'autre grande composante de l'âpreté du film est son silence. Entre lyrisme wagnérien et déprime, il n'y a rien, le silence, et quelques tremblements. Et puis, plus rien. Un esthétisme qui lui-même arrive au bout de son propre essoufflement.

 

Bregel chez Lars von Trier et Tarkovski :

 

Bruegel.jpg

 

Tarkovsky-scene-.jpg

 

 

Voici Melancholia en haut et Nostalghia en bas :

 

melancholia-de-lars-von-trier-10454583iruih

 

nostalghia.jpg

 

 

 

Melancholia en haut et Andreï Roublev de Tarkovski en bas :

 

photo-melancholia-2011-9.jpg

 

 

roublev.jpg

 

 

A nouveau avec Solaris :

 

melancholia-5 2 igrande

 

Solaris-1

 

Les interprètes du film se sont efforcés de prendre comme une boutade les propos pro-hitlériens de Lars von Trier à Cannes. N'empêche que le film prone, au final, l'anéantissement de la race humaine, impropre à vivre bien, par une égérie mutante et blonde qui cherche à dépasser l'absurde par le chaos et "peut sentir les choses".

 

Une révolte qui trouve son aboutissement dans un ordre nouveau : le néant.

 

Repost 0
Published by Thomas Grascoeur - dans Cinéma
commenter cet article
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 12:00

green-lantern.jpgAvec ce Green Lantern de derrière les fagots et le prochain Capitain America, on a quand même l'impression que les studios raclent les fonds de tiroirs des Comics (pourquoi ne seraient-ils pas dans des tiroirs, après tout) à la recherche des derniers super-héros.

 

Et ce sont en effet les derniers qui restent, des super-héros à contre-emploi, qui refusent de sauver le monde. Moins ado que Spiderman, plus humain que Superman, moins rouge que Hellboy, plus mûr que Transformers, moins spectaculaire que Thor, plus vert que Zorro, moins mignion qu'un Hobbit, Green Lantern est un peu un mixte de tous les autres, en un peu plus lent. Normal, il n'arrive pas à choisir.

 

Green_Lantern_Corps.jpg

 

En tous cas les choses sont simples (si, si). Le bon est beau (plutôt sympa, en plus, ce Ryan Reynolds), cool, et le méchant, pas beau du tout. Avec une morale sympa : pour être un super héros, il suffit de le choisir, et la deuxième morale en filigrane : ah ben, non, en fait, il ne suffit pas de choisir, il faut aussi avoir été choisi. Dommage...

 

Le réalisateur est connu pour avoir sauvé la franchise James Bond avec GoldenEye et Casino Royale, et Antonio Banderas soi-même avec Le Masque de Zorro et La Légende de Zorro.

Pour une fois, ce super-réalisateur risque de passer du côté obscur de la force en demeurant comme le méchant qui a réussi à éteindre la Green-Lantern.... Eh oui, il ne suffit pas de choisir...

 

Repost 0
Published by Thomas Grascoeur - dans Cinéma
commenter cet article
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 12:00

voyez-comme-ils-dansent.jpg

Un beau film de Claude Miller qui jouit de l'énergie incroyable du comédien, danseur, acrobate (et digne petit-fils de Charles Chaplin) James Thierrée, qui délaisse quelque temps la Symphonie du Hanneton pour cette éclaboussante énergie du désespoir.

 

Avec les apparitions magnifiques de Marina Hands, Maya Sansa, Gerges,du Grand Nord...

 

Envoûtant comme cet envol sur scène, suicide ascendant, ou fuite... Quête, ou noyade en soi-même.

 

 

 

 

 

Et pour mémoire : La Symphonie du Hanneton, avec le même James Thierrée :

 

Repost 0
Published by Thomas Grascoeur - dans Cinéma
commenter cet article
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 12:00

Un bel hommage au romantisme allemand, à l'Heimat et à Berlin, réalisé par deux anciens étudiants de l'ENSAD : Edouard Baribeaud et Kevin Lucbert.

 

A découvrir.

 

 

 

Repost 0
Published by Thomas Grascoeur - dans Cinéma
commenter cet article
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 12:00

Petit voyage dans le temps, de bande annonce en bande annonce....

 

1968 avec Charlton Heston et Franklin J. Shaffner :

 

 

 

 

 

2001 avec Mark Walhberg et Tim Burton :

 

2011 avec Andy Serkis et Rupert Wyatt :

Demain au cinéma...
Repost 0
Published by Thomas Grascoeur - dans Cinéma
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 12:00

itineraire-bis.jpg"Itinéraire bis" raconte les changements brutaux de vie de deux héros un peu lents, pas très attachants mais quand même sensibles. Virages en épingles à cheveux, longues lignes droites prévisibles, le film ne déplace pas les montagnes mais on se laisse mener avec plaisir. Une pointe d'agacement aussi.

 

A signaler dans le paysage corse, Jean-François Stévenin, Fred Testot (qui vaut décidément plus que le simple SAV), Leïla Bekhti, et la musique d'Eric Neveux (le compositeur du Persécution de Chéreau).

 

Route pittoresque recommandée... en cas d'affluence pour les autres films.

 

Repost 0
Published by Thomas Grascoeur - dans Cinéma
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 14:30

Parce que ce sont les vacances, le week-end et que j'ai toujours trouvé ce final de Bedknobs and Broomsticks (L'apprentie sorcière, de Robert Stevenson avec Angela Lansbury et David Tomlionson) absolument grandiose....

 

Repost 0
Published by Thomas Grascoeur - dans Cinéma
commenter cet article
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 12:00

Juste pour le plaisir, parce que c'est le vacances, et parce que je ne m'en lasse vraiment pas....

 

Repost 0
Published by Thomas Grascoeur - dans Cinéma
commenter cet article
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 12:00

Le meilleur acteur au monde selon Spielberg, Pete Postlethwaite est mort d'un cancert le 2 janvier 2011 dans le Shropshire. Son dernier film, posthume, vient de sortir : Killing Bono.

Né en 1946 à Warrington, il devint membre de la Royal Shakespeare Company, puis réussit à faire quelques apparitions dans Le Dernier des Mohicans de Michael Mann, Treasure Island de Fraser Charlton Heston, avant de trouver enfin des rôles à sa taille dans Au nom du Père en 1993 et Les Virtuoses en 1997.

 

Ici dans Martin Chuzzlewit (BBC, 1994) :

 

 

 

Dans Romeo + Juliet (Baz Luhrmann, 1996) :

 

Dans Les Virtuoses (Mark Herman, 1997) :

Dans In the name of the Father (Jim Sheridam, 1993):

 

et au théâtre avec Shakespeare :

 

Dans King Lear (Young Vic, 2009)

 

 

 

Dans The Tempest (2007)

Repost 0
Published by Thomas Grascoeur - dans Cinéma
commenter cet article
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 12:00

killing-bono.jpgPour aimer Killing Bono, mieux vaut aimer U2, même si le film se concentre sur l'histoire romancée d'un groupe concurrent dont le chanteur vedette enchaîne les mauvaises décisions, jusqu'à se convaincre qu'un seul homme est continuellement responsable de tous ses malheurs : Paul David Hewson.

 

Le film vaut pour les chansons de U2 bien sûr, certaines de Shook Up aussi (contre toute attente), et le jeu inattendu de Pete Postlethwaite, grand comédien britannique (Au nom du Père, Romeo + Juliette, LesVirtuoses, ou encore Martin Chuzzlewit pour la BBC), visiblement malade au moment du tournage, et décédé d'un cancer en janvier 2011.

 

 

 

Repost 0
Published by Thomas Grascoeur - dans Cinéma
commenter cet article

Le Blog

  • : En Salles
  • En Salles
  • : Cinéma, Théâtre, de petites critiques incisives pour (re)découvrir les pièces ou les films ! Actualité, classiques, reprises, tous en salles !
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Thomas Grascoeur
  • Passionné de cinéma et de théâtre, acteur et spectateur.
Retrouvez toutes mes actualités sur http://thomasgrascoeur.net
  • Passionné de cinéma et de théâtre, acteur et spectateur. Retrouvez toutes mes actualités sur http://thomasgrascoeur.net

Mercredi prochain...

Retrouver Un Article