Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 08:05

copie-conforme.jpgCopie conforme, c'est comme Voyage à deux de Stanley Donen ou les films de Rosselini avec Ingrid Bergman, un film sur l'étiolement du couple. Comme dans la vie, on marche, on  prend la voiture, on parle de tout et de rien, on téléphone, ça ne capte pas, on se déplace, on part manger. C'est très sobre. Le tout bercé par le son des pas, les bruits de la rue, les cris des hirondelles, le battement des cloches, dans une tendresse et une nostalgie indescriptible.

 

Le discours sur l'esthétisme, l'original, le regard sur l'oeuvre d'art n'est pas sans rappeler l'étrange Vérité et Mensonges d'Orson Welles.

 

Kusturica soutient que les chants des oiseaux ne sont pas des mélodies mignonnes, mais des cris d'effroi face à l'horreur du monde. Epouvante des hirondelles, louange des cloches, on ne sait pas trop. Quand ils vont au restaurant, l'homme et la femme partagent du vin, mais il est bouché. Ils emportent du pain mais ne le mangeront pas. Quand elle va à l'église, c'est pour enlever son soutien-gorge parce qu'elle a trop chaud. L'homme restera sur le seuil. C'est une communion ratée.

 

copie-conforme-couple.jpg

 

L'interprétation de Juliette Binoche est , comme d'habitude, incroyable de justesse et de virtuosité. Son prix d'interprétation à Cannes n'est pas volé. Le bariton anglais William Schimell, qui joue à ses côtés, est également parfait. A signaler le couple de la place, interprété par Jean-Claude Carrière et Agathe Natanson (la Colette d'Oscar avec De Funès), qui réussissent, tant ils sont justes, à voler la vedette au couple principal, dans une scène incroyable où l'on voit le scénariste de Bunuel conseiller le personnage principal pour reconquérir sa femme.

 

copie-conforme-escalier.jpg

 

On tente de parler mais dans le fond on veut surtout avoir raison. "Non, c'est quelque chose que nous devons décider ensemble", dit Jean-Claude Carrière à son enfant, par téléphone. "Et quand nous en aurons parlé ensemble, tu t'apercevras que tu avais tort". Tout est dit.

 

C'est à Juliette Binoche que revient de dire (sans pathos), la morale du film : "Si chacun avait plus d'indulgence pour les faiblesses de l'autre, on vivrait moins seuls. On peut vivre seuls, mais bon..." Seulement voilà. Est-ce possible ?

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Thomas Grascoeur - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

D&D 21/07/2010 07:24


Formidable Binoche, je trouve aussi, et film qui me hante, j'espère bien réussir à élucubrer un peu dessus.
Et puis... il serait donc temps que je réussisse à voir "Vérité et mensonges" !...


gaby23cinema 30/05/2010 20:09


Je n'ai pas encore vu le film mais je suis bluffée par ton analyse. Ce que je peux dire c'est que Juliette Binoche sera un des éléments déterminants pour voir le film car elle joue à la perfection
et ce depuis ses premiers films avec Jean-Charles Tacchela et Léos Carrax, (notamment Les amants du Pont Neuf)
Elle ne me décevra pas elle qui a ajouté la danse à son arc, elle est sublime et son talent n 'est pas reconnu à sa juste valeur, sauf quelques snobs bobos ... amicalement Gaby


Le Blog

  • : En Salles
  • En Salles
  • : Cinéma, Théâtre, de petites critiques incisives pour (re)découvrir les pièces ou les films ! Actualité, classiques, reprises, tous en salles !
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Thomas Grascoeur
  • Passionné de cinéma et de théâtre, acteur et spectateur.
Retrouvez toutes mes actualités sur http://thomasgrascoeur.net
  • Passionné de cinéma et de théâtre, acteur et spectateur. Retrouvez toutes mes actualités sur http://thomasgrascoeur.net

Mercredi prochain...

Retrouver Un Article